la [Ville-]Hoyeux
Ce nom est bien énigmatique, Hoyeux n’apparaissant jamais seul comme nom de personne à ma connaissance. Il a été rapproché, à tort semble-t-il, des noms Hovec (voir à St-Hovec) et Hozec, paisible, éponyme de Plœuc-sur-Lié, Plouézec et Plouec (Plohozec en 1184). Les formes anciennes des registres de baptême loudéaciens ne nous aident guère : le villaige de la Hoieu en date du 4 juin 1649 et le village de la Villehoueuc le 9 août de la même année.

Il existe une autre Ville-Hoyeux à Bréhan-Loudéac (56), dont Jean-Yves le Moing (dans les Noms de lieux bretons en Haute-Bretagne) cite les formes anciennes : Ville Hoeou en 1285 et la Ville Houec en 1513. On peut sans doute rapprocher ces formes de la Ville-Oyo à St-Glen (22), la Ville-Hoyo ou bien Ville-Hoyau à St-Gouéno (22) ou Caloyau à Montoir-de-Bretagne (44). Ce nom d’origine bretonne n’a pas d’explication connue à ma connaissance, mais il évoque le nom de famille Houeix ou Oueix, lui-même d’origine obscure.

Avançons une hypothèse séduisante : La Hoyeux pourrait dériver d’un ancien Lanhoyeux, selon le même processus qui d’un ancien Lanharmoet en 1249 permit de passer à la Hermoet en 1543 et à la Harmoye (22) aujourd’hui, Lanhervoed en breton moderne. L’idée est soutenue par la graphie de la carte de Cassini, Lahoyeuc, dont il faut surtout retenir l’écriture en un seul mot (le La initial ne représente donc pas l’article français) et la finale en ec. Elle explique le curieux doublon la Hoyeux/la Ville-Hoyeux, le breton lan, qui désigne traditionnellement un monastère dans la toponymie bretonne, ayant été traduit par le français ville.

Voir aussi les noms en 'Ville'.