la Ville-Bougault
Bougault semble être un nom d’origine germanique composé de burg, lieu fortifié et de ald, de waldan, gouverner, qui donne Bourgaud, puis Bougaud, Bougault ou Bougot. Dans la seule toponymie des Côtes-d’Armor on le retrouve à la Ville-Bougault à Broons, Maroué (une carrière), St-Brieuc, Trélivan ; la Ville-Bougaux à Mérillac ; la Ville-es-Bougault à Sévillac ; la Cloture-es-Bougault à St-Jacut-du-Méné ; la Bougauderie à Plouasne ; la Ville-Bougot à Merléac ; la Croix-Bougault en St-Aaron, etc. Voir aussi les noms en 'Ville'.

Un souterrain, aujourd’hui comblé et répertorié comme site archéologique, est situé en limite des communes de Loudéac et de St-Barnabé.

Curieusement la Carte de Cassini porte St-Bugant, nom d’un autre lieu-dit de Loudéac, à l’emplacement de la Ville-Bougault (voir carte). Même s’il ne s’agit que d’une erreur, elle peut être révélatrice d’une parenté réelle entre les deux noms. On peut observer en outre que le cadastre de 1829 porte toujours la Ville-Bugault. Le nom de famille Bougan, encore porté à Pluzunet (22) par exemple, peut représenter une forme intermédiaire. Toujours dans le même ordre d’idées, notons enfin que la fondatrice des Petites Sœurs des Pauvres, native de Cancale, était appelée soit Joucan, soit Jugan ! On retrouve la même hésitation entre le u et le ou d’une part, et entre le c et le g de l’autre.