la Ville-au-Roux
Si ce nom représente de prime abord le village où habite(nt) le(s) nommé(s) le Roux, ce qui reste le plus vraisemblable, d’autres hypothèses peuvent être envisagées :

1 - Le fait est que 'aux' se retrouve rarement en composition dans les toponymes. On trouve presque toujours le es gallo (cf. la Ville-es-Prévelles). De plus les registres paroissiaux ont parfois l’orthographe Villeauroux. Il faudrait alors décomposer le nom du village en Ville-Auroux. Avouons qu’il existe cependant plusieurs autres Ville-au-Roux dans la région, à Allineuc (22) par exemple, et qu’on conçoit mal la même erreur se renouvelant systématiquement. Il semble donc que le pluriel aux parfois rencontré soit fautif (à noter que la Ville-au-Roux en St-Donan (22), où se trouve un manoir du XVème siècle, était possédée par les Callouët...). Voir aussi la Ville-au-Fèvre.

2 - Le lieu-dit la Ville-Roux en Gael (56) s’orthographiait autrefois la Ville-Raoul. Dans ce cas Roux provient d’un ancien nom germanique composé de rad, conseil, et de wulf, loup. Mais dans la région loudéacienne, on en connaît surtout les variantes Raul, Rault, et leurs dérivés Raulic et Raulo.

Last but not least, on peut imaginer que le Kermelennan cité au onzième siècle dans la première mention connue de Loudéac soit à l’origine de notre Ville-au-Roux, et non de Kermenan en Saint-Barnabé... Il est vrai que melenan se traduit plutôt par blond que par roux, mais on ne voit pas plus comment on serait passé de melenan à menan.

Voir aussi les noms en 'Ville'.

Nouveau, mars 2008
Je dois l'hypothèse intéressante suivante à la courtoisie de M. Joseph Morcel qui écrit :

"Étant donné l'ancienneté du toponyme de St Donan, j'ai plutôt tendance à y voir une francisation du breton "ker ar rohou". Le plus proche village s'appelle d'ailleurs le Rocher. Cela peut expliquer aussi le lieu dit d'Allineuc où l'on a continué à parler le breton au moins jusqu'au XIV°S. De plus la Ville au roux de Cohiniac est devenue la Ville Rousse."