Gwerz ar Vilaodren


Ec'h a Ewanig Berjen d'ar vin-aour
ha mar da d'ar gêr ne vo ket paour

Gwrac'h ar Vilodraen, gwrac'h ag an ti,
karget he c'halon a velkoni

Troiñ a rae bemdeiz war ar maner :
- Pegourz 'tay Ewan Berjen d'ar gêr ?

Hi aet ha kriet a-bouez d'he fenn :
- Me 'wel tregont jav en ur vandenn !

Me 'wel Ewan Berjen o tonet,
hag e ta gantañ seizh karr karget !

E beg ar marc'h kentañ ur brid argant
a goust mat dezhañ ur skoued ha kant

'Lost ar c'harr kentañ ur peroked glas
a ra d'am c'halon plijadur vras

- Ma charterion, touchit dous ha plaen,
o pasiñ diouzh porzh ar Vilodraen

Diouzh porzh ar Vilodraen èl ma pasee,
Aotrou Vilodraen er salude :

- Ewanig Berjen, deuit 'ta en ma zi
ha te 'goanio war-dro ganeomp-ni

- Aotrou Vilodraen, mar ma c'harit,
d'ar gêr ma laoskehit da vonet,

D'ar gêr ma laoskehit da vonet,
seizh vlez 'zo barzh ar gêr nend'on bet

- Ewanig Berjen, 'men oc'h aet 'ta
ha pa 'd oc'h aet araok ken pell-se ?

- A bet on-me bet en Douar Nevez
evit klask ar peroked glas-se

E beg ar marc'h kentañ en-deus kroget
hag er marchosi 'deus er staget

- Roit-hui kerc'h da ma jav, ar pezh 'garo,
rak marse ma buhez e saovo

Ewanig Berjen 'gomañs da soniñ
gant ur fleüt argant en-devoa

N'oa ket a galon vat e sone
mez 'vit hiraad un tammig e vuhez

- Aotrou ar Vilodraen, mar ma c'harit,
e plas ho ti ne ma lazhit ket

Kasit-me e-kreiz ar marchosi
ma welin c'hoazh ma marc'h Tourlebannig

Da varc'h Tourlebannig na welit ket
kar re abil ac'h-eus eñ desket

- Aotrou Vilodraen, mar ma c'harit,
ne laoskit ket ma gwad da redek

Kar me 'zo me ag ar gwad royal :
pec'hed 've strewiñ ma gwad war an douar

- A me 'meus-me chas ha levreri
a lipo da wad pa'en taoli

Ewan Berjen 'grie a-bouez e benn
- Forzh sikour, ma marc'h Tourlebannenn !

Ar marc'h Tourlebannenn pa 'deus klevet
teir dor houarn ar porzh en-deus torret

Pa devehe torret ar bedervet,
buhez e vestr en-devehe saovet

'Jardrin ar Vilaodren 'eus bet kavet
seizh kalon en ur darn bod tarzhet

 

Yves Berjen part pour la mine d'or
et s'il revient chez lui il ne sera pas pauvre

La vieille de la Ville-Audrain, la vieille de la maison,
au cœur rempli d'amertume

Elle rôdait chaque jour en haut du manoir :
- Quand reviendra Yves Berjen ?

Elle se mit soudain à crier à tue-tête :
- Je vois une troupe de trente chevaux !

Je vois Yves Bergen qui arrive
et il ramène sept charrettes pleines !

Dans la gueule du premier cheval, un mors d'argent,
qui lui a bien coûté cent un écus

À la queue de la première charrette, un perroquet vert,
qui me donne grande joie au cœur

- Mes charretiers, conduisez doux et sans heurt
en passant près du château de la Ville-Audrain

Près du château de la Viller-Audrain comme il passait,
le sieur de la Ville-Audrain le saluait :

- Yvon Berjen, viens donc chez moi,
et tu souperas en notre compagnie

- Sire de la Ville-audrain, si vous m'aimez,
vous me laisserez rentrer chez moi

Vous me laisserez rentrer chez moi,
v oilà sept ans que je n'y ai été

- Yvon Berjen, où étais-tu donc,
pour être absent si longtemps ?

- Ah j'ai été à Terre Neuve,
pour chercher ce perroquet vert

De la bouche du premier cheval il s'est saisi
et l'a attaché dans l'écurie

- Donnez à mon cheval l'avoine qu'il voudra,
car peut-être me sauvera-t-il la vie

Yvon Berjen se mit à jouer
d'une flûte d'argent qu'il avait

Ce n'était pas de bon cœur qu'il jouait
mais pour prolonger un peu sa vie

- Messire de la Ville-Audrain si vous m'aimez,
ne me tuez pas sur le sol de votre maison

Emmenez-moi au milieu de l'écurie
que je voie encore mon cheval Tourlebannig

- Ton cheval Tourlebannig tu ne verras pas,
car tu l'as éduqué trop habilement

- Messire de la Ville.-Audrain, si vous m'aimez,
ne laissez pas couler mon sang

Car je suis de sang royal :
ce serait péché de le répandre à terre

- Oh, j'ai des chiens, des lévriers,
qui lécheront ton sang quand tu le répandras

Yves Berjen criait à tue-tête :
- Au secours, mon cheval Tourlebannenn !

Le cheval Tourlebannenn, quand il l'entendit,
brisa trois des portes de fer du château

S'il avait brisé la quatrième,
il aurait sauvé la vie de son maître

Dans le jardin de la Ville.-Audrain on a trouvé
sept cœurs dans un fragment de pot cassé