la Tour-Nizan
C’est un composé de tour, au sens évident, et du nom de personne breton Nizan autrefois très répandu d’après les témoignages toponymiques : pour les seules Côtes-d’Armor on peut citer de très nombreux Kernisan (St-Clet, Plouec-du-Trieux, Pommerit-le Vicomte, etc.), la Ville-Nizan (Pléboulle, Plédran, Plérin, Pommeret, etc.), la Touche à Nizan à Sévignac, Coat Nizan à Pluzunet, etc. Dans le Morbihan on trouve, outre une autre Tour-Nizan à Évriguet, un Carnizan à Molac, Kernizan à Buléon, et tant d’autres. Coët-Mizian à Hémonstoir (22) représente un ancien Coet-Nizian, sans doute pour Coet-Nizan.

J’ignore la signification de cet ancien nom de famille, encore porté localement à la Chèze. Victor-Marie le Bris confond Izan et Nizan lorsqu’il déclare : "c’est ainsi que se traduit Yves en dialecte de Vannes ; à St-Guen, le village de Keryvon s’appelait en breton Kerizan". D’après la légende, Nizan ou Nizon est le nom du tyran qui donna l’ordre de couper la tête à sainte Noyale, de Noyal-Pontivy.