St-Maurice
Maurice Duault est né vers 1113 au village de Kerbarth en Croixanvec (56), alors trève de Noyal-Pontivy en diocèse de Cornouaille, d’un père petit laboureur tenancier. Vers 10 ou 11 ans, ses parents s’installèrent à deux lieues de là à vol d’oiseau, de l’autre côté de l’Oust, en diocèse de St-Brieuc, c’est-à-dire au village de Loudéac qui porte maintenant le nom de St-Maurice. Le jeune garçon eut le privilège de pouvoir étudier dans une école sise rue de Pontivy, d’après la tradition. On raconte qu’un jour, partagé entre son désir d’aller en classe et le devoir d’obéissance à son père qui lui imposait de protéger un champ ensemencé contre la rapacité des corbeaux, Maurice, à l’égal de ses prédécesseurs Pol, Magloire ou Samson, commanda à la horde pillarde de le suivre dans une grange où il l’enferma jusqu’au soir, à son retour d’école, et "oncques ne revinrent". On retrouve certainement ici la trame d’un vieux mythe celte : aux saints précités on peut ajouter saint Lambert (un usurpateur certainement), qui comme Maurice enferme les corneilles dans une grange à St-Vran (22), ur vran signifiant justement un corbeau ou une corneille en breton.

Bois gravé de Jeanne Malivel

L’Histoire prend maintenant le relais de la légende. Après s’être fait moine cistercien à l’abbaye de Langonnet (56), vers l’an 1142, il en devient abbé 3 ou 4 ans plus tard et est nommé premier abbé de Notre-Dame de Carnoet en paroisse de Clohars-Carnoet, diocèse de Cornouaille, fondée par Conan IV, Duc de Bretagne. De cette abbaye autrefois puissante ne subsiste que la salle capitulaire du XIIIème. Mort en 1191, il fut canonisé comme la plupart des saints bretons, non par Rome, mais par la vox populi. Fêté le 5 octobre dans le calendrier breton, on prétend qu’il mourut d’une fièvre, ce qui lui vaut d’être invoqué contre les fièvres ; il préservait aussi les enfants des convulsions. La chapelle loudéacienne de St-Maurice date de 1778 mais contient 4 verrières de 1564.

On orthographiait autrefois Morice aussi bien que Maurice, les deux venant du latin Mauritius. La forme Morice est d’ailleurs plus fréquente en Bretagne, 109ème nom le plus porté, que Maurice à la 494ème place [*].
[* Gwennole le Menn, Les Noms de famille les plus portés en Bretagne, Coop Breizh 1993]

Le nom Duault est toujours porté à Loudéac (plus de 25 entrées au minitel). Il se décompose en du, noir, et vieux-breton alt, hauteur, breton moderne aod, côte, rivage.

Voir aussi à Belle-Vue, au Breil et au Drény.