St-Guillaume
Tient évidemment son nom du saint patron de la chapelle érigée en 1722 et restaurée en 1775. Guillaume Pichon ou Pinchon était né à St-Alban (22) vers 1180. Évêque de St-Brieuc, il vécut à une époque de conflits très durs entre le pouvoir ducal et le clergé, envers lequel d’anciens griefs avaient ressurgi lors de l’assemblée des vassaux tenue à Nantes en 1225. Au cours de cet affrontement entre le Duc Mauclerc et les prélats de Rennes, St-Brieuc et Tréguier, Guillaume acquiert la considération de Rome qui en fait un autre Thomas Beckett, persécuté en défendant les libertés de l’Église. Mort le 29 juillet 1234, il deviendra ainsi l’un des rares saints d’Armorique canonisés à Rome, le 15 avril 1247 par le pape Innocent IV. Le peuple breton l’a aussitôt intégré dans son corpus de croyances ; à Langueux (22) par exemple, une table de pierre en granit dans un champ de la Ville-Néant, sur laquelle on remarque des caractères indéchiffrables, était dite table de saint Guillaume.

Guillaume est un prénom d’origine germanique qui se décompose en wil, volonté, et helm, casque. Désignait peut-être à l’origine quelqu’un de volontaire pour porte un casque (ceux-ci pesant dans les 3 ou 4 kgs).

À noter la prononciation du prénom Guillaume en français local qui fait entendre le u de Guillaume, se rapprochant ainsi de la forme bretonne du nom, Gwilhom. De plus le breton Gwilhom, prononcé djuilhom à la vannetaise, semble bien être à l'origine du gallo local saint-Diaume ou Saint-Djaume, différent de la forme Glaume plus classique et d'origine romane.

Voir aussi au Chemin de la messe et à la Lande Glochet.