le Ruisseau Sanglant
Il est intéressant de noter à quel point est commune en Bretagne l’association entre la sang et les cours d’eau, petits ou grands. Malgré l’évidence des formes anciennes, on persiste par exemple à vouloir traduire le Gouet briochin par le sang(lant), sous prétexte que sang se dit gwad en breton.

Il est vraisemblable, au moins en ce qui concerne le Ruisseau Sanglant, que le cours d’eau doive son nom à la nature ferrugineuse du sol. N’oublions pas que la forêt abrita longtemps des forges. Aucun meurtre n’est donc nécessaire pour expliquer ce nom, comme le voudrait la légende (voir au Gars-fut-tué).

C’était encore le surnom du ruisseau de Toullifaut.