le Retz
Ce Retz, à ne pas confondre avec le Resto, ne semble pas non plus devoir être rapprocher du nom du Pays de Retz. Si cette forme est la plus répandue, on constate de nombreuses variantes graphiques au cours des temps : Rée, Rex, Rais, etc.

S’il s’agit d’un terme d’origine française, on peut penser à une série de termes rai(e), rais, raye, ayant en vieux-français le sens de sillon, ou de ruisseau (ce qui traverse un terrain). Existait aussi un verbe raier, ruisseler. Mais le terme s’applique difficilement à un village.

Le tz final peut être l’indice d’une ancienne finale bretonne en th devenue z en breton moderne ou h en vannetais. Mais cela ne nous avance guère. À Trégueux (22) la Ville Raye était notée la Ville-Retz en 1513. Les formes INSEE de l’évêché de Nantes sont Retz à Guéméné-Penfao et le Retz à Herbignac.

Faut-il faire le rapprochement avec un nom de lieu fréquent en Cornouailles insulaire indifféremment anglicisé en Rees, Reece, Rhys ou même Rice, d’un brittonique res, traduit ford en anglais (par exemple le lieu-dit Rice en Gorran, noté Rys en 1327) ? Voir à Ricadeux.