le Resto
Il s’agit d’un dérivé en -o du terme Rest, très courant et très ancien en Bretagne : on trouve un diminutif Restigou le 3 janvier 1393 dans les archives du Craffault (22). L’orthographe Restaud parfois officiellement utilisée est tout-à-fait fantaisiste et devrait être abandonnée.

L’opinion est partagée quant au sens précis de ce Rest : certains en font un ancien domaine seigneurial, arguant de ce que la grande majorité de ces Rest se situeraient en terre noble. Notons à ce sujet que le recensement de 1846 porte le Resto des Déserts, ce qui indique clairement l’appartenance du lieu à cette vieille seigneurie (voir à ce nom). D’autres préfèrent y voir des parcelles pauvres, laissées longtemps en friche et non-closes, et utilisées en tant que communeaux soumis à la vaine pâture. F. Gourvil pour sa part déclare : "il semblerait qu’en Bretagne, ce terme soit associé à une idée de hauteur", ce que l’exemple loudéacien est loin d’accréditer.

Le mot semble venir du vieux-français reste, place libre dans un jardin, parterre, emprunté par le moyen-breton rest, séjour, escale ou repos. Pourrait donc s’appliquer à des jachères [*]. Comparer à l’anglais to rest, se reposer.
[* cf. Gwennole le Menn, Les Noms de famille les plus portés en Bretagne]