Quilliampe
Il est tentant d’y voir un dérivé d’un radical breton killi, bocage.

Avec un suffixe -an, Quilliampe devient une simple variante graphique des Quillian de Kergrist-Pontivy, Languidic ou Pleucadeuc (tous 56). Mais la finale -amp(e) est attestée depuis longtemps. Alors, killi (ar) c’hamp, le bocage du camp ? Mais quel camp ?

De plus, il existe aussi une ancienne graphie Quilliampre : "Escuyer Jan Hervieux sr de Quilliampre" (Baptême loudéacien le 6 juin 1649) ; "Noble homme Jan Hervieu sieur de Quilliampre procureur fiscal de Loudéac" (acte du 6 avril 1651).

Il est aussi séduisant - mais qui ne connaît les dommages de la séduction ? - de voir en Quilliampe un Killi ar C'hanab, c'est-à-dire le bocage du chanvre. Ce qui ferait de Quilliampe un équivalent de la Chanvrière.