les Poulhauts
Cette orthographe n’est pas la seule rencontrée : les Poul(l)aous, plus proche de l’étymologie, lui fait concurrence. Le lieu-dit accueille la décharge municipale, à laquelle il doit sa célébrité actuelle.

Il s’agit du breton poulloù, pluriel de poull, flaque d’eau, mare. La graphie poulhauts provient d’une confusion entre le -aou final et la prononciation gallèse de l’adjectif haut, diphtongué (voir à Toullifaut).

Voir aussi au Poulpri.