les Ponts-es-Bigots
On se pose quelquefois la question de savoir s’il faut écrire pont au singulier ou au pluriel. Un texte du 21 janvier 1793, parmi beaucoup d’autres, y répond clairement : "sur la levée des Ponts-es-Bigots, il se trouve un précipice au pont du milieu ; deux petites poutrel composent le pont. Pour éviter les malheurs arrivés il y a quelques années, il suffirait d’établir un garde-fous qui seraient peu dispendieux" (orthographe d’origine...).

On entend souvent, et c’est assez curieux, prononcer le s dans Pont-eS-Bigots. Il n’y a pourtant pas plus de raisons de le faire que pour celui de la Ville-es-Prévelles qui lui reste toujours muet, et à juste titre. Rappelons que ce 'es' gallo correspond au français 'aux' Quant à ces Bigots, deux hypothèses :

1 - Il s’agit des nommés Le Bigot, un nom d’origine normande (voir à la Normandie). Bigot est à l’origine un surnom injurieux adressé aux Normands (confère le Roman de Rou au XIIème siècle), déformation du juron anglais by god. Ce n’est qu’au XVème siècle qu’il prend le sens de dévot, pour créer quelques surnoms devenus héréditaires. Voir aussi aux Pont-Préneuf et Pont-Paturel.

2 - Bigots représente la variante gallaise de biguets, piquet, cheville [*]. Ces bigots ne seraient peut-être que les poutrelles citées plus haut.
[* cf. F. Godefroy, Lexique de l'ancien français]

Autour de l’étang de ce nom, le camping et d’autres installations de loisirs contribuent aujourd’hui à la renommée et à la pérennité du nom de lieu. Voir aussi à Beausoleil.