la Place au Fil
Ce sera un des rares noms de rue ou de place étudiés ici ; son ancienneté et son origine en font un nom de lieu aussi chargé d’enseignement sur l’histoire et la mentalité locales que n’importe quel autre. Il se démarque en cela de ses homologues, nés de la fantaisie plus ou moins bien inspirée des édiles. L’habitude l’a imposé, on ne l’a pas choisi.

Le développement de l’industrie textile dans la région date selon certains de l’immigration normande du XVème siècle (voir à la Normandie) et selon d’autres, de l’établissement en Bretagne de Flamands chassés de leur pays en 1567 par les cruautés du duc d’Albe. En tous cas, il faut corriger l’opinion souvent émise selon laquelle cette industrie aurait fait la richesse du pays pendant des siècles. Elle témoigne au contraire de la misère qui y régnait, car si elle a en effet enrichi une infime minorité, notamment de négociants, elle enfermait la majorité dans un cercle vicieux : l’agriculture n’assurant pas même de quoi survivre, ils trouvaient dans cette activité d’appoint de quoi se nourrir, et délaissaient d’autant des terres déjà mal ou insuffisamment travaillées.

La puissante Manufacture, basée à Quintin, étendait ses activités sur une cinquantaine de communes de Pontivy à Moncontour et nombre de Place au Fil en témoignent encore aujourd’hui. Sur celle de Loudéac s’élevaient les Halles des Rohan à l’emplacement actuel de la perception.