le Pavillon
En vieux-français un pavillon ne fut d’abord qu’une tente (cf. le sens actuel de drapeau), puis une petite construction. C’est sans doute là l’origine du manoir du Pavillon sur la commune de Saint-Thélo, vendu en 1427 au vicomte Alain VIII de Rohan. S’il ne reste rien aujourd’hui du bâtiment, le nom de lieu subsiste.

Mais il est inutile de remonter aussi loin pour le Pavillon loudéacien qui apparaît pour la première fois il y a un peu plus d’un siècle au recensement de 1881. Le sens en était alors plus proche de l’acceptation moderne - un pavillon de banlieue - et le terme s’appliquait à une bâtisse bourgeoise conçue comme lieu de repos ou de loisirs. Abrite aujourd’hui les services techniques municipaux.