les Moulins
Oger cite huit à eau moulins à Loudéac : "de Grésillon, de Beauval, Launay-Belgaud, de Bodin, de Tremuzon, de Launay-Cadélac, de la Ville-Audrain, de Nézy, à eau".

On peut s’étonner de l’absence dans cette liste de Kermelin, sur les bords de l’Oust (voir à ce nom). Il faut bien sûr aussi y rajouter le moulin de Larlan. En outre le moulin du Pont Rouge, proche de la Ville-Trumel, s'appelait le Moulin de Beausault (cf. le Pont St-Druman). Voir aussi à Trohelleuc.

Mais il n'y avait pas que des moulins à eau sur la commune. Le cadastre de 1829 signale une parcelle dite le Moulin à vent entre le Tiernez et Truguez, au bord de la route. Un autre a existé à Bodin.

Presque tous ces moulins étaient situés sur des terres nobles, leur appartenance et les bénéfices qui en découlaient étant réservés à la noblesse. C’est ainsi que cinq d’entre eux furent vendus en 1714 au bourgeois Mathurin Plancher par le duc de Rohan, qui renonçait à la mouture sur ses vassaux. Les descendants dudit Plancher en étaient toujours propriétaires à la veille de la Révolution.