Mon Plaisir
Semble faire partir de la même famille de noms un peu prétentieux que Mon Caprice. Néammoins la fréquence d’une graphie alternative Montplaisir, ainsi que la relative ancienneté du nom permettent d’envisager une formation en Mont- : c’est le sens du second terme qui poserait alors problème, à moins de voir en Mont-Plaisir un équivalent des anciens Mont-Joie ou peut-être des Brelevenez ou Merlevenez de langue bretonne... À Pornic (44) se trouvait la seigneurie de Montplaisir, et on pourrait multiplier les exemples en Bretagne.

On trouve la forme actuelle dès le 1 Juillet 1640 dans les registres paroissiaux de Cadélac ("mon plaisir en Cadélac") et Montplaisir sur la carte de Cassini qui en est à peu près contemporaine. Cette dernière forme se retrouve dans de nombreuses communes, dont Plélauff (22), Hénanbihen (22), Pornic (44) ou Mauron (56).

Voir aussi à la Récompense et à Belle-Joie.