le chemin des Marionnettes
Curieux nom qui ne se montre que sur un cadastre et désigne la limite entre Loudéac et Trévé. À moins qu’il ne fasse vraiment allusion à une quelconque histoire de marionnettes dont personne, à ma connaissance, n’aurait gardé le souvenir, on peut suggérer une déformation du breton merienneg, lieu abondant en fourmis. D’autant qu’existe aussi en forêt un lieu-dit le Placis des Marionnettes, lui à la limite des communes de Loudéac et de La Motte, et qui a pu être le but ou l’aboutissement du chemin en question, et pour lequel aucune autre explication n’a été proposée.

Le rapprochement est inspiré d’autres cas : on trouve ainsi à Guérande (44) les Hauts de Merrionnec, quelquefois orthographiés les Hauts de Marionnais. De même, Mérionnec à Elven (56) apparaît sous la graphie Marionay sur la carte d’état-major. Ce nom se retrouve sur toute la Bretagne : Mellieneuf à Langon (35), qui s’écrivait Morionnoc en 813 ; Merrionnec à la Baule (44), etc. L’ancienne habitude d’écrire parfois un -t final pour un -c ou un -g devenus muets (voir par exemple la forme St-Hovet) aurait facilité le passage à marionnettes.

À noter une rue des Marionnettes à Binic (22) sur laquelle je n’ai aucun renseignement.