Launay-Grésillon
On trouve Grésillon écrit avec un seul ou deux l en 1649. Propriété de Jean du Pont  en  1442  et de la famille des Déserts en 1536.

Ce nom de famille peut avoir plusieurs origines : le vieux-français connaissait un grésillon désignant notre actuel grillon. Il s’agissait probablement d’un croisement de grillet, grillon, et de grésiller, crépiter au feu. Connu du gallo (guerzillon), il a pu former le surnom d’un homme gai ou d’un chanteur. Le gallo connaît aussi un grézillon signifiant herbe haute [*].
[* cf. G. Guillaume, J.P. Chauveau dans Atlas linguistique de la Bretagne romane, de l'Anjou et du Maine]

Mais le terme avait d’autres sens en vieux-français, qui peuvent aussi être à l’origine de surnoms : menottes, ou diminutif de grésil. Grésillon est encore une variante ancienne de Groisillon, originaire de l’île de Groix. Enfin le recteur le Bris cite le breton grizilhon, grelot. De plus on lit sur la carte de Cassini Launay Grasillon.

À rapprocher de deux lieux-dits, le Grésillon à St-Jean-Brévelay (56) et la Grésillonnais à Pipriac (56). Il existait un moulin à Launay-Grésillon, ainsi qu'une chapelle dédiée à sainte Marguerite. Pour launay, voir Launay-Bergaut.

Voir aussi à l'Oust.