Guermeleuc
Déjà orthographié ainsi sur la carte de Cassini, il s’agit vraisemblablement d’un ancien gwern, l’au(l)naie en français, comme à Guermorin (56) qui s’écrivait Guernmorin en 1437 ; on trouve d’ailleurs la graphie Guermelleuc dès 1649 (voir à Grénely, à Guerrieux et aussi à Launay-Bergaut). Quant à Meleuc, c’est un ancien nom breton, Maeloc, d’une racine Mael très courante et qui signifie prince, élévé (cf. le grec megalo). Meleuc est le saint éponyme de St-Méleuc à Plénée-Jugon et Pleudihen (22), St-Melheuc à Guignen (35), Plumeleuc (35), Plumelec (56), Lanvellec (22), Nomelec à Surzur (56), ou encore Llanfaelog à Anglesey au Pays de Galles. En sud-Bretagne, le pays de la Mée a un Coetmeleuc à Guenrouet (44) et le pays de Retz un Port-Meleu à Préfailles (44).

Victor-Marie le Bris situe à Guermeleuc le prieuré ou monastère qu’il pense avoir existé à Loudéac. Louis Turmel indique quant à lui : "Loudéac devait posséder à la fin du XVème siècle un prieuré. Nous avons trouvé dans le mémoire de 1478 sur les préséances la mention d’un prieuré de Loydéac et nous ne voyons pas que dans la vicomté de Rohan ce nom peut s’appliquer à une autre localité que Loudéac. C’est d’ailleurs la seule fois que nous ayons rencontré ce nom de prieuré et nous ne savons rien du point spécial de Loudéac où il pouvait se trouver".

Voir à les Déserts et la Grange.