la Grange
Le nom de ce lieu-dit conforte l’opinion souvent émise qui voudrait qu’il y ait autrefois eu un prieuré ou un monastère à Loudéac. Certains le situeraient au Ménec, d’autres à Guermeleuc.

La Grange (déjà citée en 1649 dans les registres loudéaciens) rappelle en effet que le propre d’une grange était d’assurer un relais pour l’exploitation agricole des domaines étendus des moines, notamment des cisterciens. Le sens premier du latin granica était lieu où l’on conserve les grains, mais a rapidement glissé à celui, plus étendu, de ferme. La propriété monastique des granges est attestée de façon claire pour la Grange à l’Abbé à Geneston (44) ; de même à Pedernec (22), Squibernevez (la nouvelle grange en français) dépendait autrefois de l’abbaye de Bégard. Un auteur précise encore que "une grange est l’unité d’exploitation rurale propre aux Cisterciens, comportant des terres éloignées de l’abbaye, regroupées autour d’un manoir, et le plus souvent d’une chapelle et de remises. Les granges ne devaient pas être à plus d’une journée de marche de l’abbaye".

Voir aussi au Gouerdeneu.