le Feu du Breil
On a suggéré une variante du mot fau, hêtre. Ce serait étonnant dans une région qui abonde en le Faux, et où cette variante feu, déjà attestée en 1649, serait bien isolée.

Il semble plus logique d’y voir une trace des anciennes et nombreuse activités métallurgiques du fer. Attestées depuis l’aube des temps historiques, elles semblent bien loin aujourd’hui. Et pourtant des forges du Vaublanc à la commune des Forges, toute la région, de par la nature de son sol, la présence indispensable de bois et de cours d’eau, était vouée au développement industriel ou artisanal de l’exploitation de ces ressources.

Mais le village peut aussi tenir son nom d’un ancien four, signalé dans le cadastre de 1829. Voir aussi à la Baille, au Bois Rôti, aux Brûlons, au Gros-Feu et à Sous-le-Feu.

Pour le sens du mot Breil, voir à l’article le Breil.