le Faux
Le village est à cheval sur les communes de Loudéac et de Trévé, quoique plus important sur cette dernière.

Dénote la présence de hêtres. Mais le mot peut aussi bien être d’origine bretonne que française, cette langue l’ayant emprunté au gaulois via le latin. Le mot hêtre, d’origine germanique, ne s’est répandu dans l’hexagone qu’au XVIIème siècle, Picardie mise à part.

Ce terme est très fréquent en toponymie sous diverses graphies : le Faux de Sixt-sur-Aff (35) s’écrivait déja Lesfau ou Lisfau au IXème siècle, et encore maintenant Lisfao au cadastre.

Voir aussi aux Blainfaux, au Guignon et à Toullifaut.