le Contentoir Glémot
Je n’ai trouvé que deux mentions de ce lieu-dit, à deux siècles d’intervalle : il apparaît pour la première fois le 29 Janvier 1634 dans le registre de baptême loudéacien, sous la forme Contentoir, et on le retrouve avec le nom complet sur une section du cadastre napoléonien. Il se situait entre le Petit-Calouët et St-Hovec.

Contentoir me semble être un précurseur des modernes Sam’suffit... Pour Glémot, c’est une forme contractée de Guillemot, résultant de l’habitude qu’avaient certains autrefois d’abréger ainsi des noms courants. Plus tard, cette forme écrite, et par là même officialisée, l’a emporté sur l’original (cf. la forme gallèse Glaume). La même confusion explique aussi d’autres noms de famille fréquents à Loudéac tels que Glon, Glou(x), Glochet ou Glimet, qu’il faut mettre en paralèlle avec la liste des Guillon, Guilloux, Guillochet ou Guillemet. Un exemple convaincant de la réalité du phénomène nous est fourni par une série de délibérations du Conseil de District de Loudéac de 1790 à 1791 concernant la fondation du sieur Marc Guilloux. C’est du moins ainsi qu’on écrit son nom le 18 Décembre 1790, alors qu’il devient Marc Gloux le 13 Décembre 1791. Un an auparavant, un arrêté du 24 Décembre a aussi Marc Gloux alors que la délibération suivante porte Guilloux...

Voir à la lande Glochet.