le Château de la Latte
À mi-voie entre le Tiernez et la Bellière, le nom de cette parcelle relevée sur le cadastre napoléonien ne laisse pas d’intriguer : d’abord le terme de château appliqué à la masure qui s’y trouve fait supposer quelque ruine de plus ou moins haute antiquité, et ensuite parce que ce nom évoque irrésistiblement le Fort la Latte du cap Fréhel ! De plus une autre parcelle toute proche, au nord, s’appelle le champ de l’Église (nom de parcelle qu'on retrouve non loin au Plessix-Boudet). Tout cela évoque la présence d’un ancien manoir.

D’après G. Béchard [*], latte désignerait un matériau de construction qui serait aussi à l’origine de Le Latay à Guenroc (22).
[* in Les Noms de lieux en pays gallo, Mouez ar vro n°2, St-Brieuc, 1968]