le Chaffaud
Du latin catalicum, qui désignait une tour d’observation, et qui a donné échafaudage et échafaud en français moderne.

En vieux-français, échaffaud(age) a de multiples sens : tour, poste d’observation, scènes des mystères médiévaux, bref, tout assemblage de poutres. Le nom est répandu dans tout le domaine roman sous différentes formes : le Chaffal (Drôme), Chaffat (Loire), le Chaffaut (Alpes-de-Haute-Provence), etc. En Bretagne, on peut citer le Chaffaud à Plédéliac (22), St-Carné (22) ou bien Bouguenais (44), ainsi qu’une rue du Chaffaut à Carentoir (56). Habasque, in Notions..., écrit à propos du littoral gallo des Côtes-d’Armor : "...saler les morues dans l’Échafaud, édifice construit à cet effet et que l’on nomme vulgairement Chaffaud. C’est un vaste établissement fait en bois, où l’on dépose en outre le sel ".

Un terme chaffaud désignant le crochet en fer dont est munie la corde ou la chaîne qui sert à retirer l’eau du puits était encore courant à Nantes et dans ses alentours au début du siècle.