le Bout de Lande
"Vincent Perrot s’arréta devant une de ces pièces de terre
non closes, si communes en Bretagne à l’embranchement
des chemins, et qu’on appelle ‘pâtis’ ou ‘bout-de-lande
selon la nature de leur sol
"

À cet extrait du Châteaupauvre de Paul Féval, qui explique fort bien le sens du mot, précisons simplement que les registres de Cadélac ont toujours "le bout de lande en (ou "à") la Ville-Morvan". C’est l’exact équivalent des Penn al Lann, Penlann, ou bien Pellan de Basse-Bretagne.