Bel-Orient
Citons cette ancienne brochure du Syndicat d’Initiative : "à proximité de la ville, dans l’Est : Château de Bel Orient, demeure de riches marchands de toile, au dix-huitième siècle (1767). Type caractéristique des marchands de toile". Le registre de baptême de Cadélac du 19 Mai 1654 porte quant à lui : "Noble homme Jean le Normand sieur de Belorië seneschal de Loudéac". Un registre loudéacien de 1649 préfère l’orthographe Beloriand. Plus tard, la carte de Cassini porte Belorient.
Ci-contre, le manoir vu par Jeanne Malivel.

Il me semblait que ce nom faisait partie de la famille des Bel-Air. C'est un internaute de Plémy, ayant eu la gentillesse de faire part de ses connaissances, qui m'a convaincu que je faisais sans doute fausse route. Je le cite : "Bel-Orient ne fait pas, ou rarement, référence aux Bel-Air, Beau-Soleil, réputés pour indiquer l'existence passée d'un culte dédié à Belen. Bel-Orient est presque toujours, du moins dans la région de Moncontour, associé à un établissement templier/hospitalier. C'est le cas à Moncontour (rue Bel-Orient : établissement templier), Plémy (Bel-Orient et Le Verger : deux possessions templières attestées par un acte du douzième siècle), Trébry (Bel-Orient, dans le bourg, ancienne propriété cistercienne...), et j'ai récemment pu prouver qu'il en était de même à Trédaniel où ce nom n'existe plus que dans la microtoponymie, en découvrant précisément, en dépit de son absence de mention dans les archives, l'existence d'un établissement templier puis hospitalier : les vestiges de la commanderie se voyaient encore au XIXe siècle dans un champ situé au NO de la Roche. Le toponyme Bel-Orient voisine d'ailleurs souvent avec celui de... Ville-Blanche (cf. St-Alban, Trébry, etc.)".

Tout ceci est cohérent, documenté, étayé et me paraît très convaincant. Ce serait cependant le seul témoignage d'une présence templière ou hospitalière à Loudéac. Le recteur Le Bris, ancien recteur de Loudéac, note pour sa part : "le peuple prononce Bel-o-ri-in".